Il fallait bien que cela arrive - la fête est finie, et c'est le départ des navires, en ce dimanche 16 juin.

Ce fut une belle séquence émotion.

Tous ses navires en partance avec pour certains les voiles levées, et pour d'autres, des hommes dans la mâture, saluant la foule  tout au long des quais de seine.

Même à 7h, en ce dimanche, le public a répondu présent. 

Un bel hommage rendu à tous ces marins et à tous ces capitaines.

BRAVO

 

Le pont FLAUBERT est levé 

pour le passage des navires

MUTIN - France

Le Mutin est un cotre de 33 mètres...

 

... il sert de navire-école. Marine nationale française -

 

 

La BELLE POULE - France

Goélette, longueur 37,50 mètres

 

 

LOTH LORIËN - Pays Bas

TS-ROYALIST - Royaune-Uni

longueur 29,52 mètres

SANTA MARIA MANUELA - Portugal

 

 

ETOILE DU ROY - France

 

 

THALASSA - Pays-Bas

DAR MLODZIEZY - Pologne

STAD AMSTERDAM - Pays-Bas

 

 

SHABAB OMAN  - Oman

 

MARITÉ - France

Le CAUTHEMOC - Mexique

 

Trois-mâts barque d'une longueur de 90,50 mètres

Le CUAUHTÉMOC est un habitué de L'Armada, et il est le chouchou du public.

Grâce à son entrée et à son départ, avec ses marins dans la mâture.

Son port d'attache est Acapulco.

 

MARITÉ et CUAUHTÉMOC
 

SAGRES II - Portugal

Trois-mâts barque d'une longueur de 89,48 mètres

CISNE-BRANCO - Brésil

Trois-mâts carré d'une longueur de 76 mètres

 

Le MIR - Russie

Le "Mir",  veut dire "la paix" en russe. C'est un des plus longs 3 mâts carrés au monde. Construit par le chantier naval de Gdansk, en Pologne, il a plusieurs "sister ship" (navires-jumeaux) dont le "Dar Mlodziezy" (Pologne) qui est présent à Rouen. Aujourd'hui, le "Mir" est un navire-école de la marine russe

 

Le remorqueur BON SECOURS va déborder le MONGE pour le départ

 

 

 

Le BELEM - France

 

 

 

Le Le KRUZENSTERN (Russie)

Il ne fera pas parti de la grande parade.

Étant très haut, il devra attendre quelques jours que le coefficient de marée soit bon pour qu'il puisse passer sous tous les ponts en aval de Rouen, et atteindre la mer. C'est pourquoi il est remorqué, et passe sous le pont Flaubert, pour aller s'amarrer en aval.

Ce qui évitera, une nouvelle manœuvre du pont. Car cette manœuvre coûte très cher.

Le coût d'un levage du pont Flaubert est estimé à 10 000  €, dont la moitié  rien que pour la consommation  en électricité 

(source haute-normandie.france3.fr)

 

 

 

 

Et voilà, les tabliers du pont Flaubert descendent très doucement

 

 

 

 

 

l'Armada 2013 est  bien finie ;-(

FIN